Noir Désir – Où veux-tu qu’je r’garde ? (1987)

Rock – 1987 – Produit par Théo Hakola.

1987, après s’être extirpée de la scène bordelaise, le groupe Noir Désir nous livre son premier opus, un EP intitulé Où veux-tu qu’je r’garde ?, qui arbore déjà les attributs qui feront du groupe le roi de la scène rock française pour des années voir des décennies : Bertrand Cantat, lead singer ahurissant de charisme et à la maitrise vocale proche de la perfection; une instru’ -entre lourdes saturations et absolue raffinerie- maitrisée de bout en bout et n’hésitant pas à s’aventurer dans le champ de l’expérimentation (Serge Teyssot-Gay à la guitare, Denis Barthe à la batterie et Frédéric Vidalenc à la basse); et le plus important : des textes lyriques et engagés d’une rare qualité d’écriture.

Ouvrez bien vos écoutilles, plongée dans la genèse de Noir Désir.

Bien que relativement courte (seulement 6 morceaux), la tracklist de l’album nous propose, vingt ans après, le plus bel axe de (re)lecture possible de l’évolution de Noir Désir.

Même si resté relativement anonyme, Où veux-tu qu’je r’garde ? nous livre les deux premières version de La rage et Pyromane, deux morceaux qui seront encore repris dans le double live En Public sorti en 2006. Premier constat, la partie instrumentale du commencement de Noir Désir est très nettement orientée rock pur et dur, les quatre autres morceaux de l’album se parant plus fièrement d’une teinte blues des plus classieuse. Le tout agrémenté par les sublimes variations vocales et gutturales de Bertrand Cantat. Planant. Mais force est de constater que sur la forme, on est encore assez loin des sonorités plus noisy et aériennes (atmosphériques ?) qui auront dominé l’évolution de la formation bordelaise. Mais est-ce vraiment un mal ?

Car il faut l’admettre, sur le fond Où veux-tu qu’je r’garde ? marque l’assurance de textes d’une qualité littéraire qui ne se démentira jamais, traitant aussi bien du malaise individuel (Toujours être ailleurs) que de la revendication (certains diraient « révolte », par forcément à tort) sociale (La Rage ou Pyromane) ou du thème plus universel de l’amour dans sa forme la plus passionnelle et funeste (Où veux-tu qu’je r’garde, Danse sur le feu Maria ou Lola).

La plume de Cantat cristallise un des maux de nos sociétés capitalistes d’aujourd’hui : ses textes prennent la voix d’un homme perdu dans un monde où les repères et valeurs traditionnels s’écroulent lentement pour laisser filtrer de leurs décombres un profond mal-être, dû à l’impossibilité de sensifier sa vie (Où veux-tu qu’je r’garde). La Rage et Pyromane marquent l’éveil de cette âme en peine et diluée dans un consumérisme sauvage qui se consume lui même, dans une boucle apocalyptique qui verrait le feu soigné par le feu au cours d’un grand incendie dont les braises replaceraient l’homme au centre de la société elle-même remise au service de la planète-mère. L’essence de l’engagement Noir Désirien est subtilement distillée, lascivement ancrée dans nos cerveaux, et prolifiquement enrichie à la sortie de chaque nouvel album.

La suite d’Où veux-tu qu’je r’garde ? témoigne du perpétuel attachement que porte l’oeuvre lyricale de Bertrand Cantat à la figure féminine : Où veux-tu qu’je r’garde, Danse sur le feu Maria et Lola parlent de femmes, mais surtout de thèmes comme la passion, la révolte, la perte ou le suicide. Ces chansons sont les prémisses du rôle qu’offrira Noir Désir à la figure féminine tout au long de son oeuvre : celui d’un filtre qui transformerait les pires instincts de l’Homme et de la vie pour les sublimer en un cri de vie qui viendrait nous piquer le coeur. Pulsion d’amour fait alors jeu égal avec la mort, qui se confondent une danse macabre qui a le don de nous transporter.

Où veux-tu qu’je r’garde ?, le mythe de Sisyphe de Noir Désir.

Note : 5 sur 7. Même si il est compact et homogène, l’opus est un peu court pour récolter une meilleure copie. Mais tellement fondateur qu’on lui pardonne.


Tracklist :

  1. Où veux-tu qu’je r’garde
  2. Toujours être ailleurs
  3. La Rage
  4. Pyromane
  5. Danse sur le feu Maria
  6. Lola


Publicités

3 réponses à “Noir Désir – Où veux-tu qu’je r’garde ? (1987)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s