Retour sur la 60ème édition des Emmy Awards.

Comme chaque année, les Emmy Awards viennent d’honorer les meilleurs séries télévisées américaines, ainsi que leurs acteurs vedettes. Oui, un équivalent des Oscars pour le cinéma en somme. Retour donc sur le cru 2008.

Meilleur feuilleton ou série dramatique (Outstanding drama series)

Et c’est la série Mad Men d’AMC (qui diffuse également l’excellent Breaking Bad) qui l’emporte, se permettant même le doublé puisque le show s’était déjà vu récompensé du Golden Globe 2008 de la meilleure série dramatique.

Joli succès critique donc qui, au delà de l’indéniable qualité de cette série, vient saluer les efforts d’élargissement de la grille de la chaîne (autrefois spécialisée dans les films dit de patrimoine) depuis deux ans.

Côté nominés, ce sont Boston Justice (ABC), Damages (FX Network), Dexter (Showtime), Dr House (FOX) et Lost (ABC) qui doivent s’incliner. On notera la jolie performance d’ABC qui place deux nominés, dont Lost qui avait déjà décroché l’Emmy en 2005. Le câble se porte bien également, avec deux séries nominées. Enfin, pas de surprise quand à Dr House, le show étant à la fois un énorme succès d’audiences et critique.

Meilleur acteur dans un feuilleton ou une série dramatique (Outstanding lead actor in a drama series)

Victoire de l’énorme Bryan Cranston, qui livre dans la première saison de Breaking Bad une performance d’une rare intensité. Spécialement dans le rôle de composition d’un professeur de chimie légèrement sur la paille et qui va se résoudre à se lancer dans la fabrication et la revente de drogue après la découverte d’un cancer. On ne l’attendait pas vraiment dans ce registre, mais le pari est largement relevé. Juste éblouissant. Vivement 2009 pour une saison 2 confirmée à 13 épisodes.

Derrière lui on retrouve deux autres de mes chouchous de cette année : Gabriel Byrne pour le captivant show quotidien thérapeutique In Treatment (HBO), et la nouvelle confirmation de l’immense talent de Michael C. Hall dans la seconde saison de Dexter. Les accompagnent Jon Hamm (Mad Men), Hugh Laurie (Dr House) et James Spader (Boston Justice).

Meilleure actrice dans un feuilleton ou une série dramatique (Outstanding lead actress in a drama series)

Glenn Close, of course. Sans vouloir faire injure aux autres prétendantes, elle crève tellement l’écran dans Damages que la récompense s’imposait d’elle-même. Spécialement pour ceux qui auront visionné son passage dans The Shield (FX Network également) la saison précédente.

Mais parce qu’on est fair-play, la liste des battues : Sally FieldBrothers & Sisters (ABC), Mariska HargitayNew York Unité Spéciale (NBC), Holly HunterSaving Grace (TNT), Kyra SedgwickThe Closer (TNT).

Meilleure série d’humour (Outstanding comedy series)

Autre doublé majeur de cette édition 2008, avec le show 30 Rock (NBC) qui récidive après avoir déjà remporté la timbale en 2007. Contrairement au -déjà produit par NBC- Studio 60 on the Sunset Strip (qui marquait quand même le retour sur petit écran de Matthew « Chandler » Perry) qui fut -malheureusement- annulé (avant d’être diffusé finalement en webstreaming). Le concept peut être moins intellectualisé et plus burlesque (ubuesque ?) de 30 Rock marche fort : les gens de la télévision américaine aiment qu’on parle de leur univers sur un ton déjanté et totalement décalé. Essai transformé.

Du coté des recalés, on compte une autre série d’NBC avec The Office, dont on dit que la dernière saison marque un certain essoufflement du concept. La chaîne câblée HBO place aussi deux séries dans cette catégorie, avec Entourage et Curb Your Enthusiasm (show qui m’était totalement inconnu d’ailleurs, et dont on me dit qu’il traite de la vie de Larry David, un producteur hollywoodien). Enfin, le dernier network pourvu d’une nomination pour cette catégorie est CBS, avec Two and a Half Men (Charlie Sheen). Un choix que je trouve largement contestable, premièrement sur la qualité intrinsèque de la série. Deuxièmement quand on sait que ce même network diffuse deux comédies en format sitcom d’excellente qualité avec How I Met Your Mother -dont la saison 3 tourne un peu en rond avec son comique de répétition, il est vrai- et surtout The Big Bang Theory, absolument irrésistible dans son registre d’humour geek-intello et ses personnages fantasques.

Meilleure actrice dans un feuilleton ou une série dramatique (Outstanding lead actress in a drama series)

Le raz de marée 30 Rock a bien eu lieu, puisque cet award a été attribué à Tina Fey, qui n’est pas moins que la créatrice/productrice/scénariste/interprète principale du show d’NBC. Sacrée casquette. A noter que l’américaine double également puisque elle s’était déjà vu décerner le Golden Globe 2008 dans la même catégorie, en plus de l’Emmy 2008 du meilleur scénario. Oui, tout ça.

Chez ses malheureuses collègues éconduites par le jury des Emmy, on aperçoit notamment la sublime (« MILF » .) Mary-Louise Parker de Weeds (Showtime), qui cotoie la revenante Christina Applegate (Samantha Who ?) et America Ferrera (Ugly Betty) pour ABC; ainsi que Julia Louis-Dreyfus pour Old Christine (CBS).

Meilleur acteur dans une série comique (Outstanding lead actor in a comedy series)

On ne change pas une équipe qui gagne : 30 Rock aura vraiment tout raflé dans le registre du comique cette saison ,puisque cette fois c’est le transfuge du format cinéma Alec Badwin qui se voit auréoler de l’Emmy du meilleur acteur dans une série comique. Et c’est franchement mérité au vu du reste de la sélection. Petit regret : Jim Parsons (The Big Bang Theory) aurait dû se voir nominer, au minimum.

Les autres nominés étaient : Steve Carell pour The Office (NBC), Lee Pace pour Pushing Daisies (ABC), Charlie Sheen pour Two and a Half Men (CBS), et enfin Tony Shalhoub pour Monk (USA).

L’improbable conclusion

En fait, juste pour dire que le network HBO, qu’on annonçait sur le déclin après l’âge d’or Ozien, s’était relevé et de ses cendres avait émergé le brasier John Adams, mini série historique retraçant la vie du second président des États-Unis, qui aura récolté pas moins de 13 Emmy Awards. Un record. Et comme chez OwShitz on est sympa, voici la liste exhaustive de ces récompenses :

  • Outstanding Miniseries
  • Outstanding Writing for a Miniseries or Movie – Kirk Ellis
  • Outstanding Lead Actor in a Miniseries or Movie – Paul Giamatti
  • Outstanding Lead Actress in a Miniseries or Movie – Laura Linney
  • Outstanding Supporting Actor in a Miniseries or Movie – Tom Wilkinson
  • Outstanding Art Direction for a Miniseries or Movie
  • Outstanding Casting for a Miniseries, Movie or a Special
  • Outstanding Cinematography For A Miniseries or Movie (Épisode 2, Independence)
  • Outstanding Costumes for a Miniseries, Movie or a Special
  • Outstanding Prosthetic Makeup for a Series, Miniseries, Movie or a Special
  • Outstanding Sound Editing for a Miniseries, Movie or a Special (Épisode 3, Don’t Tread On Me)
  • Outstanding Sound Mixing for a Miniseries or a Movie (Épisode 3, Don’t Tread On Me)
  • Outstanding Special Visual Effects for a Miniseries, Movie or a Special

Juste un chiffre pour comparer : en terme de nombres de récompenses, John Adams fait aussi bien à elle seule que ses deux prédécesseurs sur le podium, 30 Rock et Mad Men, qui ont respectivement 7 et 6 Emmy chacun dans leur besace. Respect.

Et pour le reste, je vous invite à faire comme moi : c’est à dire consulter le palmarès officiel de ces Emmy Awards 2008. Et c’est disponible ici .

A bientôt !

Publicités

5 réponses à “Retour sur la 60ème édition des Emmy Awards.

  1. Pingback: La plus grande cérémonie annuelle des récompenses télévisuelles. « Ow… SHITZ !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s