Le monde du Visual Novel

Pour un « Otaku » de base venant de tout pays mis à part le Japon, il existe deux grands formats qu’il peut apprécier: le manga -bande dessinée généralement en noir et blanc et qui sort en chapitres puis tomes-, et l’anime, souvent des adaptations de mangas sous forme d’épisodes de dessins animés diffusés par des chaînes japonaises. Certains diront qu’il y a aussi les séries live et autre longs métrages, mais ces derniers ne sont pas dans l’esprit « mangas dessinés » dont je veux parler. Bien sûr, il est vrai que les mangas et animes sont de loin ce qu’il y a de plus populaire au Japon et partout dans le monde, mais il existe un troisième format, assez connu au pays du soleil levant mais presque complètement méconnu autre part, et c’est le Visual Novel.

D’après notre ami Wikipédia anglais, le visual novel est un jeu vidéo de fiction interactif se composant généralement d’éléments graphiques immobiles, dessinés la plupart du temps avec un style manga. En d’autre termes, le visual novel est, comme son nom l’indique d’ailleurs, un roman ou livre sous forme de jeu, où il faut cliquer pour faire avancer l’histoire, et où, au lieu de les imaginer, les personnages et scènes sont dessinées pour offrir un élément visuel au lecteur. Il fût un temps où les visual novels, ou VNs, ne se composaient que d’images et de texte, mais désormais plusieurs éléments on été rajouté, comme la musique de fond, les voix des personnages, les occasionnels clips vidéos, ou autres bonus comme des mini jeux.

scéne du jeu Tsukihime

scéne du jeu Tsukihime

Le point fort de ces jeux, n’étant sûrement pas le gameplay presque inexistant qui consiste à cliquer à l’infini ou passer en mode « automatic read »; est sans aucun doute le scénario. La majorité des visual novels sont des jeux à fins multiples où le joueur décide , au fur et à mesure qu’il se plonge dans le scénario et à travers des choix qu’on lui donne, quelle direction prendre dans l’histoire. Ça peut être des choix comme le bien et le mal, le risque ou la sécurité, ou tout simplement le personnage féminin qu’on préfère. Dans certains des VNs les plus célèbres (principalement ceux produits par Type-Moon), le scénario va tellement loin qu’il crée tout un univers avec ses propres règles et théories, et tout une multitude de fans qui donnent leurs propres lectures à l’histoire.

Malheureusement, ces visual novels sont réduit au level d’obscur média par la majorité des occidentaux, la raison étant le coté H (ndlr : Hentaï, pour caractère sexuel ou pornographique.) de certains jeux. Il faut savoir d’abord que le visual novel et l’Hgame sont deux médias a part. L’Hgame, même si ayant la même mécanique initiale que le visual novel, ne se compose que d’une multitude de scènes H (ou scènes du cul pour ceux qui ne comprennent pas le terme) séparées par des scénarios parfois à la limite du dialogue de film de porn, et des choix se limitant à « c’est celle-ci que je préfère ». Même si la majorité des grands visual novels contiennent aussi des scènes H, ces scènes sont très très peu nombreuses (généralement une seule en fin de scénario) et sont aussi importantes à l’histoire que la scène de cul obligatoire dans tout bon film américain. D’ailleurs ces scènes sont tellement peu importantes, que les jeux ressortent très souvent en version « tout public » et se vendent tout aussi bien. Wiki (malheureusement je ne dispose pas de la source exacte) explique assez bien la raison pour laquelle ces scènes sont rajoutée au début :

On peut se demander pourquoi ne pas tout simplement supprimer ces scènes, qui n’apportent rien au jeu et sont minimes. En fait, elles servent à éviter le grand public pour attirer un public plus adulte et otaku, qui sera moins exigeant la grande majorité des visual novel étant faites par des amateurs ou semi-professionnels dotés d’un faible budget

Mais heureusement, cette tendance est en train de changer, des grand noms du visual novel comme la série des Higurashis par exemple, ne contenant pas une seule scène H.

Scène du jeu Higurashi

Scène du jeu Higurashi

En résume, il faut arrêter de se dire que les visual novels c’est seulement pour les pervers en manque. Certains jeux comme tsukihime, fate/stay night, higurashi no kakou ni, ou autre Utawarerumono (certains dont je ferai un article plus tard) ont des scénarios tellement bien ficelés et tellement bien travaillés qu’ils atteignent facilement le niveau d’un bon roman de qualité. Il serait vraiment dommage de se limiter au format très réduit de l’adaptation manga/anime pour apprécier leurs histoires. Ces jeux méritent qu’on leur donne une chance de se faire apprécier comme ils le méritent.

Il est vrai que la majorité des visual novels (99%) sont et resteront en japonais. Mais heureusement, il existe plusieurs teams de traducteurs amateurs qui font un boulot énorme pour traduire de grands noms du Visual novel en anglais pour notre plus grand plaisir. La team la plus connue étant Mirror moon, qui a déjà traduit Tsukihime et ses suites, Utawarerumono, d’autre jeux moins connus et va bientôt finir complètement la traduction de Fate/stay night (mon prochain article sera surement pour annoncer la bonne nouvelle). Il faut savoir également qu’un jeu comme fate/stay night par exemple contient plus de texte que la trilogie du Seigneur des Anneaux toute entière. Ça en fait du japonais à traduire. Jusqu’à maintenant, il n’existe encore ,a ce jour, aucune team de traduction de visual novel en français; mais j’en profite pour lancer un appel, si ça intéresse du monde, je suis partant.

Au final, j’encourage tout le monde à laisser ses préjugés au placard et à vraiment donner leur chance à ces jeux. On peux aimer ou ne pas aimer le genre, mais au moins on aura essayé. Et c’est ça le plus important.

Et oui, la série des phoenix wright rentre dans la catégorie des Visual novels

Et oui, la série des phoenix wright rentre dans la catégorie des Visual novels

Publicités

9 réponses à “Le monde du Visual Novel

  1. Excellent article!

    Ces jeux valent vraiment la peine. Les sénari sont de grandes classes et pratiquement sans incohérence!!!

    Vraiment à tester!

    Keinra.

    Traduire en francais ça devrait pas poser de pb mais ça marche comment pour le mettre sur le jeu après?

  2. Ben en fait, comme les jeux sont déjà fait a la base avec des programmes comme « onscripter » ; il suffit de les réouvrir avec le même programme pour prendre les textes et les changer, après pour les rajouter au jeu, c’est sous forme de patch ouais.
    et sinon, merci pour le commennt Keinra o/

  3. Ya une équipe française qui traduit des jeux la « Kawa Team » Il vont bientôt sortir leur premier jeux a la fin du moi, Narcissu.

    J’ai hâte !

  4. visual novels rocks!
    et d’où tout l’interêt de parler l’anglais (du moins lire).
    @ filsduloup : ton equipe française, elle se base sur quoi? ça risque pas de donner grand chose (in my opinion) s’ils traduisent du script déja traduit
    bon allez, je vais continuer d’attendre la traduction de shuffle, ça devient longuet…

  5. Un joli article même si certains passages me font penser à celui de Wikipedia ( à moins que ce ne soit l’inverse…)

    Pour ce qui est de la Kawa Team et de leur projet ‘Narcissu’, je vous invite à voir leur site pour de plus amples informations sur ce qu’ils font. => http://kawateam.wordpress.com/

    @Dodo: C’est un sacré boulot qu’ils ont à réaliser et je suis sûre que ce sera une grande réussite puisque chacun travaille dur pour que ce projet soit mené à terme (pour la Japan Expo si je me souviens bien).
    De plus, un ami (Mereck de la Kawa Team) fait parti des traducteurs de Narcissu alors il n’y a pas de crainte à avoir ^^

  6. Pour la Hentai-Traduction vous avez décidé d’arrêter ? Ou vous avez juste changé de nom ? Car Vos 2 premiers projets étaient ambitieux et j’aurais aimé les dévorer, mais votre team est actuellement introuvable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s