Un Mas Dos – Straylight Run, sí señor . Hombre !

Straylight Run – Un Mas Dos ( EP )  (  2008  )

Indie-Rock / Alternative / Un peu Expérimental

Straylight Run, un p’tit groupe, comme ça, qui fut créé en 2003, un samedi après midi, alors qu’il pleuvait. C’est après le départ de John Nolan ( le chanteur / guitariste ) et de Shaun Cooper ( le bassiste ) du groupe Taking Back Sunday ( Un groupe qui était sympa avant, mais qui pue le caca maintenant. Et je peux le prouver ! ), que les deux compères ont décidé d’enroler la p’tite soeur du John, qu’on appellera Michelle ( oui, Michelle. Wokay ) et le grand Will Noon ( rigolo son nom ).

Après deux albums et un EP, c’est un deuxième EP ( uniquement digital pour l’instant ) que nous lâche ici le groupe. Mais cette fois-ci , après s’être fait dégager de chez Universal, c’est dans leur propre studio en carton que cet opus de trois titres aura été produit, avec leurs mains et tout. Et surtout, SURTOUT, sans Michelle, qui a quitté le groupe il y a peu de temps, pour suivre sa propre voie ( On t’aime Michelle ! )

Je disais donc, Un Mas Dos…

I’m gonna wait, and watch the world die.

C’est sous ces douces paroles qu’est introduit le premier titre , nommé Wait and Watch. Probablement le titre le plus énergique parmis les trois. Étrangement, c’est aussi celui où y’a le moins de choses à dire. Non pas que ce soit naze, c’est juste…bien. Ni mauvais, ni excellent. Musicalement, on pourrait comparer la chose à Hands in The Sky, ça sonne à peu près pareil, avec une tentative de fin épique, en vain. ( contrairement à Hands in The Sky qui est sublime ). Les paroles ne sont d’ailleurs pas vraiment marquantes. C’est pour ça que l’on va passer au morceau suivant, qui s’intitule….

…Try ! Try c’est un peu la chanson qui sonne méga Pop, mais qui, grâce à la voix vraiment particulière du John, prend une toute autre direction. Piano, drums, basse, guitare, ces quatre instruments se mélangent parfaitement bien, pour nous donner une musicalité plutôt entrainante. Voulu ou pas, l’enregistrement de la voix ici est plutôt marrant. On a un John, qui de base, n’a pas une voix qui porte, se retrouvant vraiment en arrière par rapport aux instrus. Un peu comme un mec qui essaye de se faire une place dans un monde immense, qui ne lui conviendrait pas ( je reviens ici avec le son pop et sa voix anti-pop ), en criant de toutes ses forces pour se faire remarquer. La fin est particulièrement bien amenée d’ailleurs, on a un fondu progressif des instruments, pour au final n’avoir que la batterie, et le chant du John, et j’avouerai que juste cette petite partie qui ne dure que 6 ou 7 secondes, me donne de petits frissons. Si si.

Le troisième titre de cet EP, est « Ten Ton Shoes » ( Dix tonnes de chaussures en français, intriguant nan ? ). Probablement mon morceau préféré parmis les trois. Enfin nan, c’est sûr même. Musicalement c’est du tout bon, vraiment. Aucune fioriture, c’est du classique, et c’est ce que le groupe sait mieux faire. Bon, on y trouve quand même un peu de son électro, mais vraiment du tout léger, promis. Encore une fois, comme dans pas mal d’autres de leurs chansons, les lyrics dégueulent sur notre monde, notre société et ses hommes politiques qui la gouvernent. « This time is eating me alive » est répétée plusieurs fois en chœur, avec une contradiction musicale, qui rend la chose finalement joyeuse. Le meilleur arrive après deux bonnes minutes, où John prend les devants, toujours avec sa faible voix déchirée, et nous récite plusieurs fois  » I’m a bug on it’s back kicking legs in the air / On a sidewalk in a city somewhere / Seconds from thundering steps and ten ton shoes. », une petite métaphore assez rigolote, pas vraiment excitante, mais le mariage Voix/Instru à ce moment, est on ne peut plus sublime.

Live plutôt sympatique de « Ten Ton Shoes » .

Un Dos Mas n’est donc pas un EP parfait, annonciateur d’une future bombe, non. Il faut plutôt voir cet opus comme une espèce de  » Hey, même si on a perdu notre jolie chanteuse, et notre gros label, on est encore là, on a pris un Mars, et on repart à zéro  » . Ce qui est intéressant en fait, c’est de voir que finalement, la voix de Michelle ne me manque pas vraiment. John Dylan s’en sort bien, le reste du groupe aussi, on trouve dans Un Mas Dos, une certaine alchimie qui fait plutôt du bien à nos oreilles, sans pour autant atteindre des sommets.

Un Mas Dos se veut simple, aussi bien niveau production, que musicalement, et le pari est réussi. Je vais lui décerner un bon petit 3,5/5.

Bisoux quand même Michelle !

Bisoux quand même Michelle !

Publicités

2 réponses à “Un Mas Dos – Straylight Run, sí señor . Hombre !

  1. Pingback: Du nouveau chez les Straylight, et un clip pour dredg « Ow… SHITZ !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s