Lyon, le mercato raté.

olympique_lyonnais

Jean-Michel Aulas annonçait du lourd : une orientation sportive dans la budgétisation de son club et les pleins pouvoirs à Claude Puel afin de recruter dès cet hiver, pour à court terme pallier à l’épidémie de blessures qui frappe l’Olympique Lyonnais, mais aussi remporter cette foutue Champion’s League à moyen terme. Et ravir le cœur des supporters français à long terme ? Possible. Mais si le coup de com’ était prometteur, les faits sont là : aucune arrivée, aucun départ, de nouveaux blessés et des matchs toujours aussi poussifs. Retour sur le (non) mercato lyonnais, ou plutôt ses coups de communication.

Bon, pour ce qui est du lourd soyons clairs : ça a vite tourné vinaigre. Si Lyon s’est bien positionné sur le dossier du brésilien Mancini de l’Inter de Milan, dont les supporters lyonnais gardent un drôle de souvenir de sa période romaine, le lascar est aujourd’hui boudé par Mourinho et abonné longue durée au ban(c) des remplaçants, donc la presse transalpine en a profité pour ressortir ce vieux dossier lyonnais. On évoque alors un transfert de 15 millions d’euros pour ce joueur qui fait rêver la présidence lyonnaise depuis quelques temps déjà (moins cher qu’un Keita donc). Seulement voilà, le joueur serait indisponible pour jouer à Barcelone, et ne parlons même pas de son envie potentielle de venir en France réapprendre le pressing et le jeu défensif sur les pelouse de Lorient ou Sochaux, sous les gueulantes du père Puel. Dossier refermé, du moins jusqu’à cet été. On abandonne pas son arlésienne comme ça, oh.

Passons aux joueurs de substitution. Clerc absent au moins jusqu’à la fin du mois (mi-février au mieux, mais dans quelles conditions ?), Réveillere out pour la saison, et Grosso assez bon, mais parfois à la limite de la rupture. Conséquence, Lyon se met en quête d’un arrière latéral de métier, parce que bon, Gassama c’est pas encore ça et Mensah ressemble à un carambar géant dans ce rôle; les premières pistes mènent aux français Pascal Chimbonba (Sunderland) et Charles N’Zgobia (Newcastle), l’éphémère international A ne jouant plus chez les Black Cats, et l’espoir des Magpies ayant déclaré son envie de quitter son club (de merde) depuis longtemps. A priori, c’est jouable pour le sextuple champion de France, sauf que c’était sans compter sur la nostalgie de Tottenham qui a retrouvé son ancien poulain Chimbonda, parce que juste Defoe c’était pas marrant. Pour le joueur de Newcastle c’est plus compliqué, on pensait les Magpies résolus à conserver leur arrière latéral gauche mais ce dernier a finalement signé à Wigan dans les dernières heures du mercato, poussé par une brouille avec son entraîneur Joe Kinnear. Faut dire que le mec a réussi à le rebaptiser « Charles Insomnia » durant une conférence de presse. Moyen…On notera que les lyonnais ont reculé face aux 14,8 millions d’euros exigés par Newcastle, et qu’au bout du compte ils se sont délestés de leur frenchie pour à peine 6,8 millions.
Du coup, après les échecs prévisibles de ces deux transfuges que Lyon ne voulait (apparamment) pas vraiment, sa cellule recrutement s’était entre-temps rabattue sur le cas de Julien Faubert, l’ancien bordelais barré à West Ham. Le joueur est chaud, of course. Lyon parait logiquement intéressé, surtout depuis que Govou s’est fracturé et a vu sa saison s’achever. Kader Keita restant la blague la plus chère de l’histoire du club, il est clair que le polyvalent ancien international (1 sélection), pouvant jouer arrière latéral ou milieu de terrain à droite, serait une belle affaire. Au pire, un remplacant idéal pour couvrir le côté droit. Seulement voilà, il était écrit que Faubert ne serait pas le nouveau Kader de l’OL. Non, il allait faire mieux. Et il a fait mieux, en signant dans les derniers jours du mercato au Real de Madrid, sur la base d’un prêt de 6 mois avec option d’achat au bout. Le bonhomme a d’ailleurs été officiellement présenté à la presse ce lundi, il portera le numéro 18 sous sa nouvelle tunique, et quelques soixante-dix supporters étaient venus l’accueillir. On savait Pedrag Mijatovic douteux, mais pas au point d’aller aussi loin dans le sordide.
Foireux donc sur les dossiers concernant sa ligne défensive et son milieu, Lyon fait également choux blanc dans le domaine de l’attaque. A la recherche d’un substitut (non Vikash, range tes crampons) au possible départ de Fred et à la déception Piquionne, la cellule de recrutement jette d’abord son dévolu sur Ricardo Oliveira, le brésilien de 28 ans qui évolue en Espagne pour la formation de Saragosse, en seconde division. 15 millions d’euros sont alors réclamés pour s’attacher les services du buteur brésilien, quand même… Dossier clos, donc. Lyon lorgne alors du côté d’un des attaquants français le plus sympathique du moment, le caennais et néo international Savidan. Le joueur se dit ouvert à la discussion mais voilà, Caen est loin de vouloir le lâcher. Et quand on voit le niveau de jeu de l’équipe normande cette saison, on les comprend. Du coup l’Aulas crew abat ses dernières cartes : on parle d’un intérêt pour les jeunes brésiliens Guilherme et Keirisson, qui flambent au pays. S’ils sont aussi bons que dans Football Manager, c’est un coup à tenter. Mais Lyon devra finalement renoncer à ces deux pistes, ne disposant pas d’au moins une place libre dans son quota de joueurs extra communautaires. Ce qui nous amène inexorablement au cas Fred, décidémment pas loin d’être élu salope de la décennie par les dirigeants et les supporters des Gones. Il avait la possibilité d’être libéré gratuitement en cas de retour au Brésil, le buteur brésilien dénigre l’offre de Palmeiras. Qu’à cela ne tienne, Tottenham est prêt à lui tendre les bras. Seulement voilà, Aulas a déclaré que le club anglais, comme tout autre club européen voulant s’enticher les services de Fred, devra s’acquitter d’une indémnité de transfert de cinq millions d’euros. Le club londonien accepte le deal et attend le joueur lyonnais pour entamer les négociations salariales, normal. Aulas semble apercevoir la lumière au bout du tunnel. Sauf que le brésilien ne se pointera jamais au rendez-vous. Retour à la case conflit entre le joueur et ses dirigeants. Guilherme s’est lui engagé avec le Dinamo Kiev pour environ les mêmes cinq millions d’euros demandés pour Fred.
Mercato bouclé donc pour Lyon sur un statu quo niveau effectif et un arrière-goût de ratage complet. Néanmoins tout ça aura eu le mérite de relancer Fred Piquionne, titularisé dimanche soir face à son ancien club de Saint-Etiennne. Titularisation dont les deux effets auront été d’une part, de confirmer nos craintes quand à la décision de Lyon de ne pas recruter considérablement pour pallier à l’absence de Govou et à la méforme chronique de Keita, et de l’autre de pouvoir confirmer que l’ancien stéphanois et monégasque n’a aucunement usurpé son Ballon de Plomb 2008. Respect.

Publicités

3 réponses à “Lyon, le mercato raté.

  1. Pingback: Ligue 1 Orange : le bilan final, partie 1. « Ow… SHITZ !

  2. Pingback: rh paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s