Eternal Sunshine Of The Spotless Mind

Quoi de mieux qu’un film portant sur l’amour et la saint valentin, le jour même de cette fête ?

C’est pourquoi Eternal Sunshine Of The Spotless Mind est à l’affiche aujourd’hui.

Eternal Sunshine of the Spotless Mind

Réalisé par Michel Gondry et sorti en France en octobre 2004, ce film au titre absolument divin: L’éclat éternel de l’esprit immaculé en français, nous fait partager la vie de Joel Barrish (joué par Jim Carrey) avec celle de Clementine Kruczynski (joliement interprétée par la jolie Kate Winslet).

Joel mène une vie routinière et banale, il va travailler, rentre chez lui, entretient un journal intime, et se demande si un jour il trouvera sa moitié et comment cela se produira. Clementine quant à elle, est impulsive, travaille dans une librairie et change assez souvent de couleur et coiffure.

Un jour, Joel se rend comme d’habitude à son travail, mais décide subitement de ne pas y aller en cours de route. C’est ainsi, de manière imprévisible, qu’il rencontre Clementine, et que démarre une fantastique histoire amoureuse. Mais comme bon nombre de couples, ce genre de relation comporte ses avantages et inconvénients, dont les folles engueulades dont on se passerait bien, parfois. Et c’est au bout d’environ deux ans que leur couple s’éffondre, plus d’amour, plus de passion, rien que de mauvaises choses. Clementine décide d’éffacer de sa mémoire toute sa vie avec Joel grâce au procédé Lacuna. Dans les pensées de Joel nait une immense souffrance lorsqu’il apprend cela, et décide d’en faire autant, afin de tout oublier.

Lors de l’opération, Joel revoit un à un ses souvenirs, même les plus précieux, tous se dirigent vers un abîme sans fond, d’où ils ne pourront jamais refaire surface. Mais petit à petit, il réalise qu’il aime et a toujours aimé Clementine et souhaite tout annuler, mais il est bien trop tard.

Joel n’a pas d’autre choix que de se battre contre la machine pour protéger ses précieux souvenirs,  un combat où l’amour est une arme à double tranchant…

Vraiment, ce film a beaucoup pour plaire. La bande son nous ballade au fur et à mesure, on se laisse guider tout au long sans jamais être déçu. Les transitions entre chaque souvenirs sont superbes, les multiples effets temporels se mélangent aisément tout en gardant leur logique, on a affaire à des acteurs au charisme des plus brillants, et surtout, on n’oublie pas ce qui fait le thème principal de ce film et de cet article: l’Amour avec un grand A.

Bonne saint valentin à toutes et à tous !

Publicités

6 réponses à “Eternal Sunshine Of The Spotless Mind

  1. La science des rêves c’est conceptuel, mais ça reste un film charmant. Peut-être le film qui se rapproche le plus de la carrière originelle de faiseur de clips du père Gondry. En plus ya Charlotte dedans, et on a envie de la gang banger.

    Et « L’éternel éclat des âmes illuminées » c’est tellement plus classe.
    Sinon ? Un film à voir, très, très beau.

  2. la science des rêves, j’ai trouvé ça tellement chiant…on s’emmerde devant le film du début à la fin, et charlotte gainsbourg ne peut rien y faire, malgré tous ses efforts. cet acteur espagnol est irritant à souhait et en fait 10 fois trop, c’est horrible. il aurait mieux fait de rester dans les films d’Almodovar.
    le scénario est..en fait y en a pas vraiment, c’est juste du pseudo exercice de style de Michel Gondry qui révèle juste au grand public qu’il ferait mieux de s’en tenir à illustrer des chansons, c’est à dire faire des clips.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s