The darkness

Alors que les consoles sont innondées depuis des années par des fps merdiques (les cod, killzone, etc …), honorons aujourd’hui The Darkness, sorti en 2007 et injustement sous estimé.

Inspiré du comic book culte du même nom, le jeu nous place dans la peau de Jackie, l’exemple ultime pour tous les emos. Toujours habillé en noir, avec des longs cheveux sombres et lisse, il a la malchance de bosser pour le boss de la mafia locale, jusqu’au jour où celui ci décide de le trahir. Coup de bol phénoménal, ce même jour, Jackie découvre qu’il a des pouvoirs super démoniaques donnés par une entité super sombre qui veut le controler. Pour utiliser ses pouvoirs, jackie boy a besoin de se nourrir d’obscurité, et de coeurs humains. On passera donc une grosse partie du jeu à tirer dans des ampoules, et à bouffer les coeurs des méchants qu’on vient de tuyer.

The_Darkness_Screen_10

Il y’a peu d’armes et de pouvoirs, mais ça reste un vrai plaisir de les utiliser. Les quelques points négatifs du jeu (court, répétitif) sont largement compensés par le feeling des combats, la narration et l’ambiance ultra classe (avec Mike Patton et Dwight Schultz au doublage, rien que ça).

Pour les petits curieux, une démo est disponible sur le xbox live, et il y’a toujours la review de gametrailer. Et une suite est prévu pour un jour ou l’autre parait il.

Publicités

4 réponses à “The darkness

  1. 1- D’un côté, nous avons une industrie culturelle déclinante n’assumant pas le proxénétisme économique et la pandémie infantilisante qu’elle exerce sous le regard de son débiteur. Celui-ci est à la fois une fondation philanthrope de gestion nationale et une entreprise d’import/export.
    2- De l’autre côté, nous avons une infinité de niches de population n’ayant rien à voir les unes avec les autres, mais faisant front par principe de précaution. Nous prouvant par la même occasion à quel niveau de léthargie se trouvent nos sociétés occidentales pour qu’un luxe devienne une lutte nécessaire.
    3- Au centre, se trouve le gros du troupeau qui n’a pas d’avis et fait preuve d’intelligence situationniste ou d’indifférence banale sur ce combat qui est à la fois d’avant-garde et d’arrière-cour.
    4- Dans toutes les batailles, il y a des pertes acceptables. Mais comme nous ne prenons plus plaisir à nous salir les mains avec une de ces barbaries ancestrales, les invectives servent de nos jours de courroux médiatique ou de Hit Combo virtuel pour le bonheur des voyeurs générationnels et des lâches éternels.
    5- Quand on pratique l’affrontement constant ou la paix commémorative pour occuper son temps, c’est que l’on est plus en mouvement. Alors la guerre civile des flux a-t-elle un sens ?
    La suite ici :
    http://souklaye.wordpress.com/2009/03/13/creation-internet-et-insultes-gratuites/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s