Ow…Playz ! Kirby’s Return to Dreamland. Nom nom nom nom…

« Rond comme un ballon. Et plus jaune qu’un citron. »

Bon, Kirby n’est pas jaune, soit.

Avant toute chose, un Ow…Playz! c’est quoi ? Pour faire simple, c’est la review du feignant. Généralement un jeu qu’on tripote en ce moment et dont on a envie de parler, mais pas trop car bon… flemme. Et la flemme ici, ça nous connait, donc ça tombe bien. Et pour ce premier Ow…Playz!, c’est l’aspirateur rose de service qui s’y colle.

Dans cet opus exclusif à la Wii (d’ailleurs un des derniers bon jeu de la console -avec le futur Zelda- avant sa mort ?) ,Kirby est de retour au pays des rêves : des monstres méchants mais mignons quand même, des pièges dangereux mais pas trop, des couleurs pastelles et de la musique douce aux oreilles.

Actuellement je suis environ à la fin du jeu -sans avoir testé le multijoueur- et oui : Kirby’s Return to Dreamland est un bon jeu. Techniquement parlant, les graphismes -sans être magnifiques- collent parfaitement à l’univers et sont tout de même assez agréables à l’oeil. La musique est assez sympathique, discrète et jamais redondante. Niveau gameplay rien à redire, du HAL Laboratory : dynamique et fluide, la boule rose se manie à merveille en répondant au doigt et à l’oeil.

Concernant la durée de vie, et sans y avoir prêté une grande attention, je dois en être à plus ou moins 6h de jeu pour le moment. Le titre n’a pas l’air bien long, mais pour les acharnés sa durée de vie se trouve allongée avec la collection de roues dentelées cachées dans les niveaux (120 au total il me semble), une dizaine de défis à réaliser avec un système de scoring, et du mini-jeu ma foi pas trop dégueulasse. Bref, y’a de quoi faire après la campagne.

Le plus gros défaut du titre réside dans sa difficulté. Dans son absence de difficulté, même. Bon c’est un Kirby, d’accord. On s’y attend forcément en insérant la galette (mais rassurez-vous, il n’atteint tout de même pas le niveau d’un Epic ZzZ Yarn). Apparemment en finissant la campagne une première fois, un mode New Game+ apparait, augmentant ainsi le challenge. C’est bien beau mais j’aurais bien aimé avoir cette option dès le début, car me retaper une seconde fois le jeu… On verra plus tard hein. Au final, j’ai eu l’impression que la seule difficulté progressive du jeu était l’obtention des roues dentelées à collectionner, de plus en plus chiantes à trouver (et encore).

Mais la force d’un Kirby réside dans les différents pouvoirs à avaler. Et là, y’a du choix. On passe d’un Kirby Link Style à un Kirby Naruto, sans oublier les fameux pouvoirs eau/pierre/éclair/feu-, j’en passe et des meilleurs. Et d’ailleurs non, j’en passe pas : ci-dessous une démonstration de tous les différents pouvoirs accessibles :

Pour conclure : Kirby’s Return to Dreamland est court et facile, mais il est fun. Fun dans son gameplay (certains pouvoirs comme Wing, Fighter ou Spear sont vraiment excellents à jouer) et dans sa réalisation au poil. Parfait pour se détendre un vendredi soir, après une rude semaine. Car oui, gober ça détend.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s